Archive

Posts Tagged ‘Arnhem 1944’

Batailles & Blindés n°76 (Caraktère, 2016)

8 décembre 2016 Laisser un commentaire

batailles-et-blindes-076

Ce numéro est particulièrement germano centré… A l’exception d’un article sur les combats menés par les Italiens lors de l’invasion des Balkans au printemps 1941 et des rubriques d’actualité, tous les autres se focalisent sur l’armée allemande au cours de la Seconde Guerre mondiale. Lire la suite…

39/45 Magazine n°340 (Heimdal, 2016)

3 novembre 2016 1 commentaire

39-45-magazine-340Ce numéro comporte deux témoignages de vétérans livrés presque bruts de fonderie. Le premier concerne un artilleur de la Division SS Wiking. Il permet de suivre la formation de l’unité et ses dix premiers mois d’engagement en URSS. L’iconographie est issue des archives de l’intéressé, donc l’inédit est là. Lire la suite…

39/45 Magazine n°337 (Heimdal, 2016)

28 mai 2016 1 commentaire

39-45 Magazine 337

Dans ce numéro, l’article sur les uniformes, armes et équipement des parachutistes américains qui sautent sur le Cotentin dans la nuit du 5 au 6 juin mérite le détour car il procure une très bonne synthèse synthèse richement illustrée. De la tenue de saut à l’arment individuel et collectif en passant par le parachute, c’est donc un panorama complet du paquetage des sticks qui montent à bord de C-47 et un bon complément aux numéros 39/45 Magazine hors-série Historica n°85 et 39/45 Magazine hors-série Historica n°86. Lire la suite…

Arnhem 1944, un pont trop loin ? (Economica, 2016)

Economica 2016 STREIT Pierre Arnhem 1944

Ce court livre (70 pages seulement de texte) vise à être une synthèse de l’opération « Market-Garden » dont l’échec anglais à Arnhem est le symbole. Si après sa lecture, le lecteur reste quelque peu sur sa faim, cet ouvrage à plusieurs mérites.

Tout d’abord, il essaye de mettre en parallèle les actions alliées et la réaction allemande en mettent bien en avant l’extrême confusion qui règne sur le champs de bataille pour les uns et pour les autres. Lire la suite…

Ligne de Front n°52 (Caraktère, 2014)

21 octobre 2014 Laisser un commentaire

revue_ldf_052

Il est parfois bon de rappeler que le résultat d’une guerre n’est pas que la conséquence d’une seule stratégie militaire et politique ou d’une succession d’engagements. La mobilisation du potentiel économique (et plus particulièrement industriel) et humain sont deux conditions essentielles notamment dans l’optique de conflits longs et totaux comme l’ont été les deux guerres mondiales. Ce numéro en donne deux exemples. Le premier concerne la mobilisation de l’industrie d’armement du III. Reich. Tout le monde ou presque connaît la progression spectaculaire des chiffres de production dans la deuxième partie du conflit. Pourtant, l’une des causes évidentes de la défaite allemande réside dans son impréparation économique, des choix matériels et industriels hasardeux. La technologie sans la production n’est rien. Et paradoxalement, la Wehrmacht a connu ses plus grands succès militaires quand son industrie était balbutiante. Les excellentes synthèses chiffrées données dans l’article sont évidentes : le Reich atteint son plein potentiel industriel en 1943 et 1944 quand la guerre est déjà perdue. Il manque malheureusement une facette à ces chiffres : celles des pertes. Car si l’industrie participe à l’expansion du potentiel militaire jusqu’en 1941, elle ne réussit pas à combler les pertes qui s’accumulent dès 1942 et qui cumulées à la multiplication des théâtres d’opérations conduisent à une défaite inéluctable malgré quelques coups défensifs et un mordant jusqu’au bout.

Le second exemple concerne la mobilisation humaine française au cours de la Première Guerre mondiale. Les chiffres donnent la mesure de l’effort accompli et du sacrifice consenti. Ils expliquent aussi en partie le poids qu’aura à supporter le pays pour s’occuper des blessés et le contrecoup moral qui touchera ensuite la France pour des années, voire plus…

Pour commémorer les 70 ans de l’opération « Market-Garden » ce numéro propose une vision allemande de la bataille d’Arnhem. C’est l’occasion de comprendre pourquoi il est fondamental pour les Allemands de reprendre le contrôle du pont d’Arnhem afin de convoyer renforts et ravitaillement vers Nimègue.

Deux études étudient plus spécifiquement deux batailles dont l’une a eu lieu et l’autre n’aura jamais lieu. La première décrit les affrontements autour de Gomel que la Panzergruppe Guderian, devant la résistance acharnée de l’Armée Rouge à Smolensk et à  Yelnia, glisse vers le Sud et rend possible le futur encerclement gigantesque autour de Kiev. Malgré une nouvelle victoire, les germes de la défaite allemande à l’Est apparaissent… La seconde compare les plans d’invasion américains et de défense nippons du Japon. Le largage des bombes atomiques précipitera de toute façon la fin de conflit et résumera l’invasion du Japon à un cas d’école dont les hypothèses de pertes des deux côtés ne pourront heureusement jamais être vérifiées…

Côté systèmes d’armes, ce numéro passe en revue les « Nebelwerfer » allemands avec un très bel organigramme théorique dessiné véhicule par véhicule.


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

2ème Guerre Mondiale thématique n°34 (Editions Astrolabe, février / mars / avril 2014)

16 février 2014 1 commentaire

2guerremondialehs034**** Excellent / *** Très bien / ** Bien / * Moyen / x A éviter

Les combats en milieu urbain ont toujours marqué l’histoire militaire, même si comparés aux autres engagements, ils demeurent minoritaires. Il est vrai qu’à chaque fois, ils atteignent des niveaux d’intensité particulièrement forts et marquent très souvent une étape majeure dans un conflit.

L’extension des cités et des métropoles notamment aux XIXème et XXème siècles ne peuvent qu’entraîner une multiplication des affrontements en zone urbaine. La Seconde Guerre mondiale n’y fait pas exception et quelques villes ont durablement marqué l’Histoire : Sébastopol, Stalingrad, Arnhem, Budapest, Berlin… Aussi connus soient-ils, ces engagements titanesques ne sont pas les seuls. L’armée allemande est confrontée dès septembre 1939 à l’âpreté des combats urbains quand elle atteint Varsovie.

Le numéro hors-série du magazine 2ème Guerre Mondiale propose une plongée dans les combats urbains de la période 1939-1945. L’immense avantage de ce thématique est de ne pas rester sur les grands « classiques » mais d’évoquer d’autres affrontements en milieu citadin quelques soient les fronts : Cassino et Ortona en Italie, Aachen en Allemagne, Taierzhuang en 1938 entre Japonais et Chinois, Manille dans le Pacifique.

Rédigé par Stéphane MANTOUX, ce numéro propose une introduction assez généraliste qui essaye essentiellement de préciser comment les différents belligérants ont cherché à maîtriser dès le début du conflit cette science particulière qu’est le combat urbain.

Malheureusement, le format du journal oblige un certain nombre de raccourcis et d’impasses (Lille, Brest-Litovsk, Rostov, Kharkov, Leningrad, Cherbourg, Brest, etc.) malgré un texte concis qui évite toute répétition. Particulièrement appréciable, l’inclusion du front asiatique et pacifique qui évite tout tropisme trop centré sur l’Europe. Pour un prix particulièrement attractif le lecteur peut posséder une bonne base de départ pour défricher les combats en milieu urbain de la Seconde Guerre mondiale… en langue française !

Il faut également apprécier les repères bibliographiques fournis à la fin même si forcément la liste est réduite et limitée.  Force est d’ailleurs de constater l’absence de références francophones…

Deux ouvrages généraux retiennent l’attention : WWII Street-Fighting Tactics chez Osprey et WWII Infantry Tactics chez Pen & Sword.

=> 2ème Guerre Mondiale hors-série n°34, Editions Astrolabe, février / mars / avril 2014, 6,95 € (prix à parution, France métropolitaine), 84 pages

=> Texte, photos N&B, cartes, profils couleurs, reproductions couleurs d’objets d’époque.

www.3945km.comDes origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

Ligne de Front n°38 (septembre / octobre 2012)

1 septembre 2012 Laisser un commentaire

Ligne de Front est une revue bimensuelle des Éditions Caraktère qui traite des conflits du XXème siècle avec un regard majoritaire sur la Seconde Guerre mondiale. La part des conflits modernes prend parfois une part plus importante, mais elle reste très minoritaire.

Des numéros hors série complètent les parutions bimensuelles sur un thème précis dans un format dos carré collé.

Les textes sont relativement denses mais très accessibles et offrent généralement plus qu’une narration mais une analyse.

C’est tout particulièrement le cas du numéro 38 qui propose un important dossier sur la « performance » de la Wehrmacht dans lequel sont passés en revue l’art de la guerre, la stratégie, la tactique, la technologie, l’économie de guerre, l’idéologie et le comportement. A noter une liste des 20 erreurs stratégiques dont certains choix peuvent être contestables mais qui a le mérite de poser le problème. Chacune des erreurs mériterait à elle seule un beaucoup plus long développement que quelques lignes !

Compte tenu de l’épaisseur du dossier qui comporte sept articles thématiques, le reste du numéro n’aborde que deux autres sujets : la seconde partie sur la tactique en milieu urbain en s’intéressant cette fois-ci aux Britanniques et un article sur l’évolution de la tenue de combat du GI’s en dix années de guerre globale contre le terrorisme lors de la première décennie des années 2000.

Nouveauté, la rubrique « dans les librairies » est relativement touffue et propose une bibliographie particulièrement choisie et originale.

Lire  le sommaire complet…

********************************************************************

www.3945km.com, l’accès aux sources d’information de la Seconde Guerre mondiale !

Visitez notre Boutique Seconde Guerre mondiale !