Accueil > Magazines, Recension, Revues > Batailles & Blindés n°77 (Caraktère, 2017)

Batailles & Blindés n°77 (Caraktère, 2017)

batailles-et-blindes-077Au 77ème numéro, Batailles & Blindés continue toujours d’être véritablement une revue de référence sur la Seconde Guerre mondiale qui remplit encore une fois la quasi intégralité des pages à l’exception des quelques pages réservées à l’actualité des blindés dominée par le programme de Mobile Protected Firepower Vehicle de l’US Army et la modernisation de l’armée russe.

La partie historique du numéro s’ouvre par une étude consacrée à la bataille de Suomussalmi au cours de la Guerre d’Hiver entre l’URSS et la Finlande en 1939/1940. Après avoir planté le décor en présentant le contexte et les caractéristiques de chacun des belligérants, l’article présentent les opérations qui aboutissent à un clair coup d’arrêt de l’offensive soviétique malgré sa supériorité numérique et matérielle. Une cruelle démonstration qu’être le plus fort ne suffit pas et qu’être le plus faible ne signifie pas obligatoirement perdre à condition d’adopter la bonne tactique. L’iconographie est frappante. Elle montre des hommes bien préparés pour l’hiver au milieu d’un paysage envahi par la neige. Comme quoi, avec un peu d’anticipation, l’Armée Rouge n’est pas invincible dans les conditions hivernales à condition de s’être correctement préparé… Ce qu’oubliera de prévoir la Wehrmacht quand elle s’apprêtera à envahir l’URSS.

Le deuxième article présente les combats, relativement méconnus, de Gela en Sicile en 1943. C’est l’opportunité de revenir sur la manière de contrecarrer un débarquement avec une force blindée et quand les cieux appartiennent à l’ennemi. Bien que bénéficiant de moyens blindés et motorisés importants dès le début de l’opération « Husky », les Allemands sont incapables de repousser les Alliés. Ces combats sont l’occasion de découvrir des chars de générations différentes, même si pas très éloignés en termes d’âge puisque des Renault R35 opérés par les Italiens combattent aux côtés des Panzer VI Ausf. E « Tiger ».

Six pages de reportage photos suivent ensuite pour montrer une contre-attaque allemande dans les plaines du Front de l’Est à l’automne 1943. C’est une très bonne idée de présenter ces quelques clichés officiels sans texte mis à part les légendes et en donnant toute la place à la force évocatrice des images. La Panzerwaffe a encore fière allure et son adversaire pourrait être américain vu les matériels laissés sur le champ de bataille. Il ne s’agit bien entendu que des chars et camions dont est équipée l’Armée Rouge grâce au Lend-Lease, sans lesquels il lui aurait été difficile de passer le cap des années 1942/1943. Autre image choc, celle d’un Landser tué au combat dont le corps enveloppé d’une Zeltbahn est posé sur le capot d’un SdKfz 251 pour ne pas être abandonné lors de l’avance, mais sans que les occupants ne semblent plus affectés que cela, habitués désormais à côtoyer la mort au quotidien.

Que ce soit en Europe ou dans le Pacifique, les Américains mènent un nombre incalculable d’opérations amphibies. Si la façon de les contrer reste un débat toujours ouvert pour les adversaires (cf. plus haut et après), les Américains développent de leur côté tout un arsenal adéquat pour ce type d’opérations. L’un des meilleurs exemples est la série des LVT Amtracs dont le concept perdure toujours dans l’USMC. Cet article fournit une très bonne synthèse de l’origine et du développement du concept au cours de la Seconde Guerre mondiale avec quelques exemples d’utilisation, y compris dans l’estuaire de l’Escaut et sur le Rhin.

Retour sur la bataille de Normandie à l’été 1944 et sur la 2. SS-Panzer-Division « Das Reich ». Du réchauffé ? Et bien non puisque la revue a la bonne idée de présenter les instructions données par le commandant du régiment blindé de la division, Christian TYCHSEN, avant l’engagement de l’unité qui arrive assez tardivement sur la zone des combats. Tout d’abord, en rédigeant ces lignes, le Kommandeur a déjà connaissance des retours d’expérience des troupes qui combattent les Alliés depuis le 6 juin, tant sur les forces et faiblesses des adversaires que sur le terrain. Ce qui est frappant dès le début, c’est l’insistance à dire que l’échec n’est pas la seule issue et que chaque chef d’unité doit être convaincu que le soldat allemand reste intrinsèquement le plus fort. Ce qui transpire également, c’est aussi la capacité d’adaptation pour repenser les dispositifs et les règles d’engagement. Place aux Kampfgruppen interarmes et surtout à l’éloge fait à l’initiative locale. Point également positif de ces instructions et des notes judicieuses de Stephan CAZENAVE (cf. son livre Panzers série Normandie 1944 – SS-Panzer-Regiment 2), l’accent mis sur l’humain. En effet, les consignes et les choix opérés s’appuient très lourdement sur la capacités des « leaders » (« Führer » en Allemand). La difficulté est que le régiment et plus globalement la division va devoir monter au combat avec chefs déjà en moins (soit tués, soit mutés) et dons les remplaçants ne seront pas au même niveau.

Pour prolonger la dimension « humaine » de la guerre, ce numéro revient également sur l’initiative de PATTON de lancer dans les dernières semaines de la guerre un raid en pleines lignes ennemies (même si la fin des combats est proche) pour aller récupérer son gendre dans un camps de prisonnier. L’affaire tourne finalement au massacre. Au-delà du questionnement du détournement de moyens à des fins personnelles, l’article montre surtout que jusqu’à la fin, le III. Reich se bat et peut-être très dangereux pour tous ceux qui font preuve d’un peu trop d’optimisme.

Enfin, pour clôturer la numéro, Batailles & Blindés a eu la très bonne idée de traduire un article paru initialement dans un journal d’histoire italien à propos de quelques volontaires allemands engagés aux côtés des Italiens lors des combats en Érythrée.

Sommaire :

  • Laurent TIRONE, Le programme Mobile Protected Firepower Vehicle, in Batailles & Blindés n°77 (Caraktère, 2017)
  • Laurent TIRONE, 3000 « nouveaux » chars pour l’armée russe !, in Batailles & Blindés n°77 (Caraktère, 2017)
  • Sylvain FERREIRA, Un carnage en deux actes (1ère partie), la bataille de Suomussalmi, in Batailles & Blindés n°77 (Caraktère, 2017)
  • Vincent BERNARD, Course contre la montre sur l’île « italianissime », Gela et les combats blindés pour la Sicile, in Batailles & Blindés n°77 (Caraktère, 2017)
  • Yann MAHE, Furia Germanica, les Panzer contre-attaquent !, in Batailles & Blindés n°77 (Caraktère, 2017)
  • Luc VANGANSBEKE, L’alligato, le buffle et le serpent, les AMTRACS au combat, in Batailles & Blindés n°77 (Caraktère, 2017)
  • Stephan CAZENAVE, Les directives Tychsen, préconisations d’emploi des blindés de la « Das Reiche » en Normandie, in Batailles & Blindés n°77 (Caraktère, 2017)
  • Luc VANGANSBEKE, Une affaire de famille, le raid de la Task Force Baum pour libérer le gendre de Patton ! in Batailles & Blindés n°77 (Caraktère, 2017)
  • Piero CROCIANI, Le programme Mobile Protected Firepower Vehicle, in Batailles & Blindés n°77 (Caraktère, 2017)

Boutique :


www.3945km.com – Des origines aux conséquences de la Seconde Guerre mondiale, un siècle d’histoire militaire planétaire !

 

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 5 février 2017 à 20 h 54 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :